Table ronde INCLUSION SOCIALE à Luxembourg

Geschrieben von Charel Schmit. Veröffentlicht in Actualités et informations

Table ronde consacrée au thème de l’inclusion sociale au Mierscher Kulturhaus le 19.10.2016 19 à 21h 

 Celle-ci sera introduite par M. Arthur Limbach-Reich, assistant professeur en sciences sociales et sciences d'éducation à l'Université du Luxembourg qui, par la suite, en assumera la modération.

Le panel sera composé de représentants des partis politiques (CSV : M. Serge Wilmes ; Déi Gréng : M. Claude Adam ; Déi Lénk : M. David Wagner ; LSAP : M. Marc Angel) et de plusieurs associations actives dans le domaine de l’inclusion sociale (ASTI : Mme Laura Zuccoli ; ANCES : M. Charel Schmit ; Caritas : Mme Marie-Josée Jacobs ; Croix-Rouge : M. Marc Crochet).

 

Un des buts de la soirée consiste à rendre plus intelligibles certaines notions comme l’intégration, l’inclusion, la solidarité, la cohésion sociale et dont l’emploi se fait parfois de manière peu différenciée dans le discours public ayant trait à l’égalité. Nos deux commissions consultatives comptent pouvoir tirer, à partir du débat, des conclusions relatives aux démarches et thèmes futurs à aborder.

Les panélistes sont prié(e)s de mener leur réflexion autour des questions suivantes :

  • Peut-on dire qu’il existe un certain engouement pour le thème de l’inclusion : si oui, comment l’expliquer ?
  • Peut-on voir dans l’inclusion sociale un but lointain abstrait ou plutôt un moyen de lutte pour une société plus égalitaire?
  • L’inclusion se rapporte-t-elle à tous les domaines de la société ?
  • L’on ne parle plus guère d’exclusion sociale, très citée encore il y a une quinzaine d’années : pourquoi ?
  • En pensant l’inclusion sociale comme processus permanent : en quoi les concepts de diversité et d’identité ont-ils de l’importance et de l’influence?
  • Y a-t-il des indicateurs pour mesurer la cohésion sociale au Luxembourg ? Qui est (ou devrait être) en charge de celle-ci ?
  • Quels facteurs paraissent comme déterminants pour réussir l’inclusion, quels autres facteurs sont de nature à la contrecarrer ?
  • Peut-on parler d‘une dimension culturelle en parlant d’inclusion sociale?

 

A la fin des échanges, le modérateur formulera une synthèse.

La table ronde est suivie d’un vin d’honneur offert par la Commune de Mersch.

 Michel Malherbe              Michael Engbork                                    Fernand Sauer

Bourgmestre                    Commission de l’intégration                  Commission de l’égalité

Editorial arc 124: Es liegt was in der Luft

Geschrieben von Charel Schmit. Veröffentlicht in Actualités et informations

Editorial zur Ausgabe 124 des arc-bulletin:  2013 – 2018: Es liegt was in der Luft! 

 „Mir ist so komisch zumute

Ich ahne und vermute

Es liegt was in der Luft

(…)

Mona Baptiste & Bully Buhlan, 1954

Liebe ANCES-Mitglieder, Liebe Leserinnen und Leser,

Seit unserer letzten regulären Ausgabe 123 des arc-bulletin im Winter 2012/2013 hat sich einiges in Luxemburg ereignet. Nicht aufgrund größerer sozialer Unruhen musste die CSV-LSAP-Regierung frühzeitig aufhören, vielmehr war es aus Gründen der „Gouvernance“, wie man heute die „Art zu Regieren, Entscheiden und Verwalten“ bezeichnet, oder vielleicht auch nur des Krisenmanagements.

 

Violence domestique – die „Unvollendete“

 

Noch bevor die Abgeordneten der „Großen Koalition“ den Laufpass gaben, stimmten sie am bewegten 10. Juli 2013 über die Novellierung des Gesetzes über häusliche Gewalt[1]ab. Die parlamentarische Berichterstatterin Sylvie Andrich-Duval  erhielt fraktionsübergreifend Anerkennung für die Vorbereitungen und den erreichten Konsens zu den Abänderungen des Gesetzes, das seit 2003 Wegweisungen erlaubt und die mit nur 2 Gegenstimmen vom Parlament angenommen wurden. Positiv kann man hervorheben, dass der Opferschutz auf alle im familiären Haushalt lebenden Personen ausgeweitet wurde[2], die Verlängerung sowie die Ausweitung der Wegweisung auf eine „Bannmeile“ und umfassendere Kontaktsperre ermöglicht wurde. Auch die Täter werden stärker in die Verantwortung gezogen und müssen eine Beratungsstelle aufsuchen.[3]  Bemängelt werden kann der Umstand, dass es zu keinen wesentlichen Verbesserungen für die betroffenen Kinder gekommen ist, vor allem weil die hierzu notwendigen gesetzlichen Veränderungen am Jugendschutzgesetz[4] nicht rechtzeitig abgeschlossen wurden.

Ministre Octavie Modert reçoit la publication "Mineur(e)s privée(e)s de liberté. Bases, institutions, recherche et rapports des pays"

Geschrieben von Charel Schmit. Veröffentlicht in Actualités et informations

Charel Schmit, président de l’Association nationale des communautés éducatives et sociales a.s.b.l. (ANCES) a remis le 1er octobre 2013 la publication "Mineur(e)s privée(e)s de liberté. Bases, institutions, recherche et rapports des pays" à la ministre de la Justice, Octavie Modert.

Charel Schmit a expliqué que cette documentation présente l’éventail des mesures et dispositifs dans 9 pays européens en matière de mesures privatives et coercitives respectivement limitatives de liberté concernant les enfants et les jeunes. Il a souligné que la publication revêt un caractère documentaire utile, aussi dans le cadre de la modification des bases légales des Centres socio-éducatifs de l’État et de la mise en place d’une unité de sécurité (UNISEC). La publication a été réalisée en collaboration avec l’unité de recherche "Inside" de l’Université du Luxembourg et avec le soutien financier du Fonds national de la recherche.

Entrevues au ministère de la justice

Octavie Modert a félicité les auteurs de la publication qui décrit pourquoi et quand les jeunes sont privés de leur liberté. Elle a insisté qu’il est important de veiller à la façon dont ces jeunes sont privés de leur liberté, respectivement comment on travaille avec eux en milieu institutionnel et quels effets ces mesures peuvent exercer sur leur développement.

La ministre de la Justice a rappelé que la réforme pénitentiaire et de l’exécution des peines prévoit d’une part que les mineurs d’âge de moins de 16 ans accomplis tomberont sous le régime de la législation de la protection de la jeunesse. Ainsi, à l’avenir ils ne sauront être placés au Centre pénitentiaire du Luxembourg (CPL), mais devront, quelle que soit la durée de leur placement, être confiés à la future UNISEC de Dreiborn qui ressort de la compétence du ministère de la Famille.

La réforme pénitentiaire, qui se trouve actuellement en procédure législative, prévoit d’autre part que dorénavant uniquement les mineurs d’âge de plus de 16 ans accomplis tombant sous le droit pénal commun continueront à être confiés à la section spéciale pour mineurs au CPL.

La ministre de la Justice et les représentants de l’ANCES a.s.b.l. ont eu un échange de vues sur les aspects à réformer au niveau de la loi relative à la protection de la jeunesse. Les discussions ont aussi porté sur une amélioration de la prise en compte des droits de l’enfant au niveau de système judiciaire sur base notamment des lignes directrices du Conseil des ministres du Conseil de l’Europe sur une "justice adaptée aux mineurs".

Source: http://www.gouvernement.lu/salle_presse/communiques/2013/10-octobre/01-modert-mineur/index.html

Ministre Marc SPAUTZ s’est vu remettre la publication « Mineur(e)s privée(e)s de liberté. Bases, institutions, recherche et rapports des pays » par les représentants de l’ANCES

Geschrieben von Charel Schmit. Veröffentlicht in Actualités et informations

Le ministre de la famille et de l’intégration, M. Marc Spautz, a reçu une délégation de l’Association nationale des communautés éducatives et sociales a.s.b.l. (ANCES) composé de Charel Schmit, président, Danielle Lellinger, secrétaire générale, et Fernand Schintgen, vice-président, pour présenter et remettre la publication «Mineur(e)s privée(e)s de liberté. Bases, institutions, recherche et rapports des pays». L’ANCES regroupe des acteurs professionnels, institutionnels et sociétaux dans le domaine de l’intervention sociale et éducative au Luxembourg. Elle est affiliée en tant que section nationale à la « Fédération Internationale des Communautés Éducatives » et l’ «Ass ociation Internationale pour la Formation, la Recherche et l'Intervention Sociale ».

La publication documente la pluralité de mesures et dispositifs dans 9 pays européens en matière de mesures privatives et coercitives respectivement limitatives de liberté concernant les enfants et les jeunes. La documentation réunie est le résultat d’un échange au niveau européen et le résultat d’un colloque organisé ensemble avec l’unité de recherche INSIDE à l’Université du Luxembourg. Dans une approche interdisciplinaire, des pédagogues, criminologues et juristes venant de 9 pays européens ont discuté des facteurs de réussite pour le travail socio-éducatif avec des mineurs dans les conditions de contrainte et de privation de liberté. Charel Schmit a signalé que la publication est une contribution dans le cadre de la modification des ba ses légales des Centres socio-éducatifs de l’Etat et de la mise en place de l’unité de sécurité (UNISEC) à Dreiborn. La publication a été réalisée en collaboration avec l’unité de recherche « Inside » de l’Université du Luxembourg et avec le soutien financier du Fonds national de la recherche.

ANCES

Le ministre de la famille et de l’intégration et les représentants de l’ANCES ont pu s’échanger au sujet des futures orientations dans le cadre de prise en charges des jeunes susceptibles à être placé à l’UNISEC, quant à la mise en réseau avec les acteurs de l’aide à l’enfance et à la famille ainsi quant aux divers aspects à réformer au niveau du dispositif actuel de la protection de la jeunesse. Selon l’avis de l’ANCES, il s’agira à l’avenir de réhabiliter la pensée/tradition protectionnelle, à savoir le primat de l’« éducatif » sur le « répressif », afin d’éviter que la pratique ne tourne/dévie davantage au régime du « punitif ».

Le ministre a remercié l’ANCES pour leur contribution au débat. Il a rendu attentif aux multiples défis à relever dans le cadre de la mise en opération de l’unité de sécurité et de la nécessaire valorisation du travail réalisé dans les autres unités du centre socio-éducatif de l’État. Ainsi, le ministre et la délégation de l’ANCES ont manifesté / se sont convenus à/de poursuivre/intensifier le dialogue au sujet des problématiques esquissées.

Source: http://www.mfi.public.lu/actualites/2013/10/02_ANCES/index.html

Publication "Mineur(e)s privé(e)s de liberté

Geschrieben von Charel Schmit. Veröffentlicht in Actualités et informations

Minderjährige in freiheitsentziehenden Maßnahmen
Im Rahmen einer ExpertInnentagung der ANCES und der
FICE-Europa in Luxemburg über Minderjährige in
freiheitsentziehenden Maßnahmen haben Fachkräfte und
WissenschaftlerInnen aus neun europäischen
Ländern/Regionen über Prozesse diskutiert, die aufzeigen
warum, wann und wie Jugendlichen ihre Freiheit (teilweise)
entzogen wird, wie mit ihnen in diesen Einrichtungen
gearbeitet wird und welche (nachhaltigen) Wirkungen diese
Maßnahmen auf die Entwicklung der Jugendlichen haben.
Jeder Länder- bzw. Regionalbericht enthält einen Überblick
über gesetzliche Vorgaben, institutionelle und
organisationale Entwicklungen, pädagogische Herangehensweisen
und aktuelle Forschungsthemen.
Mineur(e)s privé(e)s de liberté
Dans le cadre d’une réunion d’expert(e)s de l’ANCES et de la
FICE-Europe sur les mineur(e)s privé(e)s de liberté, des
professionnels et des scientifiques de neuf pays/régions
européen(ne)s ont discuté sur les dispositifs qui montrent
pourquoi, quand et comment les jeunes sont (partiellement)
privés de leur liberté, comment on travaille avec eux dans
ces institutions et quels effets (durables) ces mesures
exercent sur le développement des jeunes. Chaque rapport
des pays/régions contient un aperçu sur les dispositions
légales, les développements institutionnels et
organisationnels, les approches pédagogiques et les thèmes
de recherche actuels.
Minors deprived of liberty
In the context of an expert meeting in Luxembourg of ANCES and FICE-Europe about minors deprived of liberty,
professionals and scientists from nine European countries/regions discussed the processes showing why, when and
how juveniles are (partially) deprived of their liberty; how working with them proceeds in these institutions and
what (lasting) effects these measures have on the development juveniles. The report of each country/region
includes an overview of the current situation referring to the regulatory framework, institutional and
organisational developments, educational approaches and current research topics.
Content – Inhalt – Contenu (296 pages; ISBN 13 978-0-99959-610-7-7)
Preface, Vorwort, Avant-propos
Introduction by the editors, Einleitung der Herausgeber, Introduction des éditeurs
I. Bases and perspectives - Grundlagen und Perspektiven – Bases et perspectives
1. An den Grenzen der Erziehung - Freiheitsentzug als sozialpädagogische Hilfe? Eine kritische Einführung - Sabine Pankofer
2. Evaluierungsmethoden und -ergebnisse im Kontext freiheitsentziehenden Maßnahmen - Michael Macsenaere
3. Transversale Perspektiven - Neue Entwicklungen im deutschen Jugendstrafvollzug - Philipp Walkenhorst
4. Children deprived of their liberty: an international human rights perspective - Ton Liefaard
5. La protection des droits de l’enfant dans la justice des mineurs - Approche internationale - Benoit Van Keirsbilck
II. Country reports – Länderberichte – Rapports des pays :
1.Belgium, Morgane Eeman, Benoit Van Keirsbilck 2.Bulgaria, Toni Manasieva 3.England/ Wales, Jonathan Doak
4.France, Christophe Moreau 5.Germany, Hanna Permien 6.The Netherlands, Ton Liefaard, Ido Weijers
7.Scotland, Irene Stevens 8.Switzerland, Heinz Messmer, Stefan Schnurr 9.Luxembourg, Ulla Peters
Appendix - Anhang - Annexe : Tableau synoptique, Glossary - Glossar – Glossaire, authors and editors

 

Attachments:
Download this file (FlyerFMPubl DEF.pdf)FlyerFMPubl DEF.pdf[ ]712 kB